Rally Spirit

Le Forum Moto des rallyes routiers et courses sur route
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Multi2a
Membre trés actif
Membre trés actif
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 54
Localisation : Corse

MessageSujet: Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017   Mar 16 Mai - 15:00

Pour les plus pressés : Un beau rallye (sous la pluie), de belles rencontres, mais une performance à oublier.


Après deux visites de champs au rallye de la Sarthe, une chute en Corse, et un paquet de points lâchés bêtement.. j'aborde ce 4ème rallye de la saison avec humilité, avec l'idée d'être raisonnable, de marquer des points au challenge vétéran sans chercher la meilleure performance possible.. Bref avec l'idée de pas trop en mettre, d'en garder un peu Smile

Je regarde la météo tous les jours.. En partant de mon île, je sais que ce rallye sera l'occasion de tester mes pneus pour le mouillé.. je n'étais pas pressé de les tester mais il semble que ce soit l'heure.. Le moment également de se tester sous la pluie, de voir si la pluie c'est juste un problème dans la tête Smile
En arrivant sur place, à Blacé, je suis accueilli par un grand beau temps, il fait beau et chaud. L'espace de quelques heures je me dis que la météo se trompe parfois/souvent... je me prends à rêver que ce rallye se déroulera sous le soleil.. ou sous un ciel gris mais avec une route sèche. Le revêtement bitumeux à beau avoir du grip, je n'aime pas la pluie.. Ca c’est dit  Smile

Dès le jeudi, cette jolie région me démontre que les conditions météos peuvent changer du tout au tout en très peu de temps avec en apothéose un beau brouillard le vendredi, veille du rallye. En reconnaissance dans la spéciale du col Saint Bonnet, ce jour là, spéciale très rapide, ou les plus vite dépasseront les 180 km/h dans la partie la plus rapide, le brouillard épais qui monte autorise une visibilité de quelques mètres à une trentaine de mètres selon les endroits.. Sur une route ou deux voitures ont du mal à se croiser ça va être sport Smile




Bizarrement, bien qu’il n’y ai pas de difficulté particulière, j’ai du mal à mémoriser les spéciales.. A chaque passage je découvre de nouveaux virages ou une configuration différente de certains virages.. J’en arrive à la conclusion que je ne suis pas très en forme, que ça va être compliqué..
Les deux jours consacrés aux recos sont l’occasion de retrouver les copains (Bruno, Paul, Chris, Jérôme, Sébastien et le fidèle Jean-Michel, Romain le jeune qui doit couper dans les spéciales pour aller aussi vite, Sonia et tous les autres) dans une excellente ambiance. Dans les spéciales nous croisons tous les autres copains que nous retrouvons avec grand plaisir.. Benoit Nimis reconnait mon fourgon (dans la nuit) et me fait des appels de phares.. Pat Jaillard (#28) est la, avec lui, il me livre deux ampoules pour mes formules top qu’il est très gentiment passé chercher à Fontenay Sous Bois (Merci Pat).




Le samedi matin, scotché au téléphone pour analyser la météo, je fini par jouer la carte de la sécurité en décidant de partir en Metzeller Roadtech 01. Des pneus touring dont le comportement est assez proche du M7 RR de la même marque, un poil moins sportif tout de même.
Dès le tour de prologue (boucle non chronométrée destinée à reconnaître le parcours sur la moto, à valider ou invalider les choix effectuée en fourgon ou à pied..), ou la route est très humide, les averses ne vont pas tarder.., je comprends que j’ai fait une erreur dans le choix de pneumatiques. Ces pneus ne me mettent pas suffisamment en confiance. Le premier passage dans la longue spéciale de Saint Bonnet, m’occasionne deux belles glissades de l’arrière qui resteront gravées dans un coin de la tête pour toute la journée. Durant le tour de prologue, au détour d’un virage, sur le routier, je vois une voiture accidentée, une moto couchée.. et Max Mtra assis par terre qui n’a pas l’air bien.. J’hésite à m’arrêter mais il y a déjà du monde.. je continue donc ma route en me faisant du soucis pour Max qui a subit un choc frontal.. On m’avait prévenu que le routier pourrait être sélectif, je ne m’attendais pas à ce genre d’incident.

De retour au parc, rassuré sur l’état de santé de Max, j’apprends que Pat Jail (#28) à glissé, couché la moto mais ne s’est pas fait mal.. Il est reparti.. Je n’ai pas le temps de changer de pneus avant le départ de la première boucle Chrono.. Tant pis, nous ferons avec. La première spéciale confirme que ça glisse. Je monte en mode « p’tite bite » et fait le 41ème chrono à 23.64 sec du temps scratch de Bruno Schlitz parti en pneus secs ..(qui finira vainqueur du rallye loin devant) .. 2.25 s derrière un Chris Nowatt (en tête du challenge Vétérans) qui à décidé de ne pas s’en laisser compter et plus de 12 sec derrière Thierry Courtaud (un autre vétéran qui avoine) qui à décidé de siffler la fin de la récréation Smile Nick n’est jamais loin..
Au départ du CH de la deuxième spéciale, dans un moment d’inattention, je tombe à l’arrêt ce qui me vaut le troisième déclenchement de mon air bag cette saison.. Je vais finir par prendre un abonnement pour les cartouches.., après quelques auto insultes bien méritées, je relève la moto aidé par les deux charmantes dames en poste au CH (je vous remercie) et me dirige vers le départ.. en 1ère.. Le chrono défile, 5,4,3,2,1.. et c’est parti.. Un, deux, virage à gauche, à droite puis à gauche (rassurez vous je vais tous les faire), petite allonge, troisième rapport enclenché pour 30m environ avant le freinage.. puis.. point mort.. La deux ne veut pas rentrer.. Surpris, je manque de m’en mettre une.. je remet la trois, aborde la fin du virage ou il faut remettre du gaz pour aborder l’allonge mais la moto en trois se traîne.. je retente de rentrer la deux en fin d’allonge pour aborder un triple gauche et de nouveau point mort.. coup de frein non prévu.. et trois.. nouvelle allonge que j’aborde de nouveau en trois.. re tentative de tomber la deux et nouveau point mort.. Cette fois ci, il n’y a plus de doute.. ma chute de tapette, à priori insignifiante, ne l’est pas. Il y a un soucis sur la Ducati.. Je décide finir en 3.. En fin de spéciale, je redescend au Paddock.. Sur le routier je me rends compte que le sélecteur est tordu, qu’il frotte contre la béquille.. d’où mon impossibilité de passer les rapports.. C’est pas grave, j’ai un sélecteur de rechange dans le fourgon, en 15 mn j’aurai le temps de le changer.. Une fois au Paddock, je saute dans le fourgon, attrape les outils pour démonter.. et me rend compte qu’une des vis est foirée.. Bord.. de Mer.. Impossible de sortir ce put.. de sélecteur.. De manière spontanée,
Bruno Marlin, qui fait l’assistance de Sonia Barbot, très gentiment, et très sportivement (Merci Bruno) qui est en face tente de se porter à mon secours pour me filer un coup de main.. mais nous ne parvenons à rien de plus.. Les minutes défilent.. tant pis, je repars comme ça.. Je descend jusqu’au CH de départ, pointe à l’heure et me voila reparti.. avec un handicap de plus (la pluie en est un pour moi.. Je n’ai pas suffisamment d’expérience sur ce terrain).. lorsque je me rend compte que je n’ai pas assez d’essence pour faire la boucle de 83 kms.. Demi tour immédiat.. Pour corser l’affaire je dois faire un détour pour remonter au paddock pour ne pas déclencher la Cellule du CH en passant en sens inverse, je perds du temps.. Arrivé au paddock, je saute sur le bidon d’essence.. Les copains qui comprennent alors que j’ai un soucis accourent.. tentent de comprendre le problème, mais nous n’avons plus le temps de réparer, l’heure tourne.. Je repars donc en les laissant en position agenouillée auprès de la moto..
Cette péripétie tombe mal, le temps imparti pour arriver au CH de la première spéciale est très court.. seulement 7 mn et je viens d’en perdre au moins 5.. Je tente de rattraper une partie de ce retard su le routier mais entre la pluie qui se met à tomber de plus belle et la boite bloquée en 3.. je rattrape pas grand-chose et pointe avec 4 minutes de retard, non sans avoir doublé des concurrents sans crier gare.. Désolé les copains, je n’avais pas le choix.. Il fallait que je limite au maximum la casse.. Cette péripétie me coûtera une minute de pénalité. Autant dire que l’étape de jour s’avère désormais très compliquée.. bien plus compliquée que prévue.. Malgré un départ en trois ou je fais hurler le moteur et cirer l’embrayage, je parviens néanmoins à limiter la casse en faisant le 37ème temps scratch 14 secondes (quand même) derrière Thierry Courtaud (#20), auteur d’un 4ème temps scratch remarquable, qui à décidé de régner sans partage chez « les vieux ».. Maigre consolation, j’ai repris, je ne sais comment près de 3 secondes à Chris (il a du freiner pour me filer un coup de main Smile ) La spéciale suivante, moins roulante, est plus compliquée mais on fait avec.. Satané sélecteur.. enfin.. satanée chute à la con.. ou plus justement satané couillon que je suis.. (rayez la mention inutile)

De retour au paddock avant d’aborder la 3ème boucle, résigné à finir la rallye avec la 3 uniquement.. Dans ce temps maussade, un rayon de soleil resplendissant apparaît soudain.. Il porte un joli prénom : Laureen. Laureen Maunier, une jolie jeune fille (qui pourrait être ma fille) est la avec des gens très sympas et compétents (je vais vite m’en rendre compte).. Elle m’intime l’ordre (très gentiment) de les laisser faire en m’indiquant de ne pas m’inquiéter, ils vont me réparer ça.. de m’occuper de moi-même et de les laisser faire. Cette jolie brune est tellement sûre d’elle, avec un large et beau sourire, elle me convainc, je m’en remets donc à elle et consacre les quelques minutes que j’ai pour boire et me restaurer.. sans quitter des yeux les gens qui s’affairent autour de la moto. Diable, Laureen est d’une efficacité sans nom, les gens (désolé je n’ai pas eu le réflexe de vous demander vos prénoms et je le regrette) qu’elle a ramené en renfort le sont tout autant.. Véritables magiciens qui me résolvent le problème et qui me permettent de repartir avec une moto fonctionnelle. Merci infiniment pour votre aide. Je n’ai peut-être pas eu les mots les plus adaptés pour vous le dire sur le moment mais j’ai grandement apprécié. Laureen tu es magique Wink Ma Ducati retrouve enfin ses 6 vitesses.. et la pluie qui a décidé de corser un peu plus cette nouvelle boucle. En partant dans les vingt premiers, comme mes camarades, je trouve une route détrempée ou il est difficile (pour moi plus que pour d’autres) de rester sur ses roues à chaque reprise de gaz.. Je monte Saint Bonnet en 3.41,36 ce qui me vaudra au final le 59ème temps scratch dans cette spéciale.. De retour au Paddock en fin de boucle, je jette un œil aux chronos et me rends compte que Chris m’a mis plus de dix secondes dans la vue.. Je n’en reviens pas.. Comment j’ai pu me traîner autant, comment à t-il fait pour avoiner comme ça sur cette route ? Je comprendrai plus tard Smile

Nous voila reparti pour la dernière boucle de jour.. La route est séchante. Malgré mes pneus en bois, et avec toutes les vitesses qui fonctionnent, je me sens mieux.. Ce sera d’ailleurs la seule boucle ou j’ai pris réellement du plaisir. Le chrono me le confirme, 3.25 :60 qui me valent le 16ème temps scratch, Thierry (#20 fait toujours mieux avec le 12ème temps en 3.23 :23).. L’analyse des feuilles de temps m’indiquent que j’ai repris près de 23 secondes à Chris.. Je regarde deux fois en me disant qu’il y a forcement une erreur.. et je comprends que ceux qui sont parti après ont eu la pluie, comme nous mais de manière inverse, sur la boucle précédente. Les conditions changeantes occasionnent de gros écarts selon l’ordre de départ.. La météo décide, au gré de ses envies, du classement et des temps en spéciale.. même si quelques extra terrestres semblent imperturbables en montant plus vite sur le mouillé que moi sur le sec.

La dernière spéciale de la journée sera annulée à cause de la chute de Pierre Reynaud (#19) qui a soudain décidé d’apprendre à voler (sans avoir appris à atterrir) au guidon de sa jolie Triumph, heureusement il ne s’est pas fait trop mal, même si la fin de saison semble légèrement compromise pour lui. Nous le reverrons sur le Paddock en fin de soirée avec le sourire qui le caractérise.. Cet homme, que je croise toujours avec plaisir, semble toujours heureux, même lorsqu’il est dans un état amoindri.. Une véritable performance en soit.
Entre l’étape de jour et celle de nuit, un peu plus de deux heures de repos qui ne sont pas de refus. Je me dit que tous les compteurs sont remis à zéro, qu’il faut impérativement assurer des points au challenge vétéran.. Oublier cette journée.. Je ne sais pas encore que la galère va continuer. Si nous n’auront plus droit à la pluie, le soleil qui s’est couché, le vent avec, ne permet plus de sécher la route.. J’aborde donc la boucle de nuit comme celle de jour en mode p’tite bite.. Je n’ai pas suffisamment confiance en ces pneus (que j’aurai du changer pour les M7 RR que j’ai dans le fourgon) et la sanction tombe 4.01 :17 qui me vaut le 44ème temps.. J’ai évité de peu de me faire rattraper par le concurrent #21 qui partait juste après moi, crédité du 5ème temps en 3.38 :06.. Un autre vétéran s’illustre en la personne de Alain Amblard qui fait parler la poudre en 3.40 :02 avec son side.. qui lui vaut le 7ème temps scratch, Thierry en 3.45 et Chris en 4.00 sont toujours devant moi.. Mais ce n’est pas fini..

Sur le routier qui mène à la seconde spéciale de nuit, mes yeux ne me permettent pas de voir le roadbook, je décide donc de faire sans mais me trompe à une intersection et pars en sens inverse à droite.. Bizarre, je ne rattrappe personne, je ralentis, personne derrière non plus.. Je comprends soudain que je me suis trompé.. Alors que je m’apprête à faire demi-tour, deux concurrents me rattrapent dans cette nuit noire.. Je prends leur roue et ne tarde pas à reconnaître Paul (#77) et Chris (#78), l’un en délicatesse avec ses SuperCorsa usés plus que de raison et l’autre qui, collé à Paul, n’a plus de phares.. Il ne me faut pas longtemps pour me rendre compte que Paul et Chris, qui partent loin derrière moi, n’auraient pas du me rattraper, que je suis déjà passé par là.. Incapable d’évaluer si il est préférable de faire demi tour ou de continuer, je choisi de continuer (mon erreur) en augmentant le rythme afin de rattraper mon retard (évalué rapidement à plus de 10 minutes à ce moment là). Me voilà quasi plus vite qu’en spéciale.. J’oublie que la route est mouillé et me lâche.. Ce qui me vaudra un tout droit dans un chemin de terre.. (Au même endroit que Chris en reco.. Nous avons décidément beaucoup de points communs.. Un peu trop ?).. Le temps de revenir sur la route, les deux compères me repassent.. Je repars de plus belle et les redouble en essayant de mettre du rythme.. mais ne parviendrai pas à rattraper la totalité du retard et pénaliserai de 45 secondes pour trois minutes de retard au CH. Le Beaujolais est beau mais le Beaujolais n’est pas fait pour moi cette année. Mon manque d’expérience m’aura été fatal durant ce Rallye.

Je repars du Beaujolais en troisième place au challenge Vétéran, toujours mené avec poigne par un Chris Nowatt (pourtant handicapé à la main droite).. Sans faire de bruit, Nick Ayrton (#250) m’a normalement repris la seconde place et Thierry Courtaud (#20) qui était bizarrement en petite forme à la Sarthe et absent en Corse rattrape une grosse partie de son retard et revient, pas loin, à la 5ème place derrière l’imperturbable Jacques (#33) notre Suisse préféré, réglé comme une montre.. Suisse évidement, qui n’est jamais très loin. A mi saison, rien n’est encore joué mais il est temps de se réveiller parce que certains sont très réguliers et d’autres très rapides.. Pat Jail (#28) n’a pas dit son dernier mot et conserve toutes ses chances sans parler du Side de Alain qui vole lorsqu’il participe..

- Merci à tous ceux qui m’ont aidés (Laureen Maunier, Bruno Marlin, Hervé Ricord, Fab Mica Nome, Superduke Seb)
- Merci aux photographes qui ont bravés les conditions météo pour immortaliser quelques passages
- Merci Thierry Bolis et Cathy d’être passés, les Multifadas, même si je n’ai pu vous consacrer que deux minutes..
- Merci à tous les copains pour vos messages d’encouragement
Merci aux organisateurs et aux bénévoles qui ont oeuvré pour que nous puissions vivre cette passion Smile
- Félicitations à Bruno Schiltz et le CTM 83 managé par Hervé Hervé Ricord pour leur large victoire.
- Bon rétablissement aux copains qui n’ont pu finir le rallye. A très bientôt Wink
Je ne pouvais vous laisser reprendre vos occupations sans vous parler de la cérémonie de remise des prix. Un spectacle grandeur nature, avec une mise en scène digne d’une pièce de théâtre bien animée, qui met en scène nombre de volontaires de l’organisation et les concurrents auxquels on demande de poser un genou à terre pour recevoir les sacrements du Beaujolais, une grande coupe à la main (les deux mains sont souhaitables). Je ne sais si ces coupes étaient remplies d’eau mais j’avoue avoir un gros doute au pays du Beaujolais Smile
La suite au prochain épisode en espérant avoir suffisamment appris pour repartir de l’avant.

Ps : Je sais je suis de plus en plus long, la prochaine fois je ferai (peut-être) plus court.
Revenir en haut Aller en bas
jacouille
Membre trés actif
Membre trés actif
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 08/11/2014
Age : 56
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017   Mar 16 Mai - 22:17

Merci JJ pour ce super message que je lis avec délectation. Non seulement tu pilotes, mais tu écris merveilleusement bien. Continue comme ça, ne fait pas plus court.

Jacouille, l'horloge suisse...
Revenir en haut Aller en bas
Multi2a
Membre trés actif
Membre trés actif
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 54
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017   Mer 17 Mai - 17:19

Merci Jacques Smile Au plaisir de te revoir aux Ardennes Smile
Revenir en haut Aller en bas
FredTB
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 01/12/2016

MessageSujet: Re: Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017   Mer 17 Mai - 18:41

Top CR cheers
Revenir en haut Aller en bas
Multi2a
Membre trés actif
Membre trés actif
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 09/11/2016
Age : 54
Localisation : Corse

MessageSujet: Re: Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017   Ven 19 Mai - 6:46

Merci Smile

Même avec du grip, impossible de se lâcher sur ce type de route dans ces conditions Very Happy







Ma protection de roue avant, mal resserrée, à décidé de s'évaporer dans la nature..
Sur le coup je n'ai pas compris qu'est-ce qui, durant une speciale, venait de taper dans mes bottes..
Revenir en haut Aller en bas
 
Mon quatrième Rallye : Beaujolais 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» video rallye orthez 2017
» Rallye du Beaujolais (13 et 14 Mai 2017)
» Rallye du Beaujolais 2013 .
» Rallye de la Sarthe 31 mars et 1er avril 2017 avec Fred & Margaux
» Les Filles d'Hiver - rallye touristique 12/02/2017

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rally Spirit  :: Le Paddock :: Compte rendu de vos courses ,manifestations,sorties-
Sauter vers: